Actualité Amour Dieu Enfant Justice Migration Paix Réfugié

AMOUREUSE.

Amoureuse.

La vie est dure. Le temps file.

Mais je demeure amoureuse.

J’attire en moi la paix, la tranquillité et la sérénité. Elles font taire mes refrains inutiles, négatifs. Je marche sur une voie que je remplie de ma foi, de mon espérance et de ma compassion pour le genre humain. Ces mots ne sont pas des pensées magiques mais bien un choix de vie. Le choix pour ma vie.

Je suis amoureuse.

De la vie et des gens.

Dieu me parle dans ma vie si je reste à l’écoute. Cela n’est pas  magique mais actuel.

Il n’y a aucun autre chemin vers l’humanité, rien qui ne sera effectif, véritable, authentique, s’il n’est pavé d’altruisme. Il n’existe aucune autre route vers la paix. Que de se pencher vers la souffrance.

La reconnaître, la diminuer. À notre façon. La réduire.

Si j’essaie en sachant que toi aussi tu t’y attardes. Nous serons plus forts.

                                                                      grass-835270_1280         LES ENFANTS

                                                         Les enfants de ma ville jouent les matins d’été

                                                          Ceux-là ne disent rien. Que leur est-il arrivé?

                                                          Ils font pourtant partie de la même société

                                                          Comment peut-on survivre aux inégalités?

                                                     Le ruban adhésif jaune vous garde dans un enclos

La tristesse de vos visages me parle d’abandon.

Qu’avez-vous donc vécu, malheureux compagnons

Qui ait pu vous laisser à ce point en lambeaux?

 

Les enfants de ma ville sollicitent et réclament

Je les entends crier lorsqu’ils jouent dans ma rue

À regarder ceux-là tous mes souvenirs s’enflamment

Je voulais oublier. Nous avons toujours su.[1]

 

Embellir la Terre, se soucier de l’autre et aimer jusqu’à changer inexprimable à grand élan d’amour humain. path-965703_1280

Embellir la Terre, puisque nous ne supportons plus l’inhumain, l’innommable…

La souffrance, le deuil et l’injustice.

Je suis amoureuse.

De la vie et des gens.

De Dieu? De Dieu.

 

 

 

[1] Extrait de LES ENFANTS dans UN MONDE POÉTIQUE EN SOLIDARITÉ, poèmes. (e-book)

 

Leave a Reply