Actualité Droits humains Enfant Entraide

QUAND DES FILLES CHANGENT LE MONDE.

QUAND DES FILLES CHANGENT LE MONDE.

Choisir trois filles alors qu’il y en aurait tellement d’autres. Trouver trois exemples d’un monde qui s’améliore malgré mes idées négatives et les vôtres, malgré les paroles qui tuent, les gestes qui blessent, les regards assassins.                                            girl-1019292_1280

 

Malgré les événements actuels si durs parfois.

 

Bien sûr, vous connaissez Malala Yousafzai[1], sa détermination et son courage. Elle aura bientôt 19 ans. Dans le Nord-Ouest de son Pakistan natal, elle commence un blog à 11 ans, soutenue par son père. Résiliente, elle est victime d’une tentative de meurtre trois ans plus tard. Lorsqu’on la transfère au Royaume-Uni pour la soigner, elle devient connue internationalement. Elle reçoit le prix Nobel de la Paix, se transforme en une héroïne et son nom est donné à son école. À la tribune de l’ONU, Malala affirme que les talibans, responsables de la terreur, ont peur des livres et des stylos! Elle obtient beaucoup d’autres honneurs, est invitée à la Maison Blanche et dans de nombreux endroits et fait humblement partie des 100 personnes les plus influentes du monde!

Firmine Adjate[2] a 16 ans et vit au Togo. Six ans plutôt, elle participe à une émission de radio et comprend que les enfants ont des droits et qu’ils doivent être protégés. Venant dchildren-4869_1280’une famille nombreuse, elle doit s’éloigner de cette dernière et constate les nombreuses difficultés éprouvées par les filles : mariage forcés, esclavages, grossesses dès le jeune âge, violence à l’école et dans les familles. Elle décide de contrer ces nombreuses réalités avec le club Violence Against Children à travers  ces interventions : émissions radiophoniques, affiches sur des termes relatifs aux droits des enfants, chants et manifestations dans la rue, etc. Ces actions ont du succès, dans l’entourage et ailleurs, certaines mentalités commencent à changer. Le travail ne manque pas mais Firmine est un exemple qui fait réfléchir sa communauté entière.

Lorsqu’Omaima Hoshan[3] a pu lire un livre racontant la vie de Malala, cette jeune Syrienne habitant un camp de réfugiés en Jordanie, a eu l’encouragement nécessaire pour débuter un combat pacifique contre le mariage précoce. À 13 ans, sa meilleure amie vivait cette expérience, forcée par ses parents. C’est ce qui a convaincu Omaima de rencontrer les adolescentes de son camp et de leur enseigner les conséquences d’un tel mariage. Elle initie des ateliers de théâtre et de dessin afin d’éduquer sa communauté entière. Soutenue par sa famille, elle discute du futur, du droit des enfants et de l’avenir en général, avec celles qu’elle réunit. Elle rêve de devenir avocate et de défendre les filles, leur droit à l’instruction et au bonheur.

Au Québec, au Canada, partout dans le monde, des filles et des femmes se consacrent à éduquer leurs semblables et à les guider vers un meilleur lendemain.

Notre monde n’est pas complètement noir. Parfois des soleils immenses laissent passer çà et là un rayon infini!

 

 

 

 

 

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Malala_Yousafzai

[2] www.lejdd.fr/…/Firmine-pour-le-droit-des-filles-au-Togo-699382

[3] https://fr.sputniknews.com/international/201604181024351955-mariages-precoces-syrie-refugies/

Leave a Reply